in

Figure chartiste : Triangle (ascendant, descendant, symétrique)

Les figures chartistes sont un pan fondamental de l’analyse technique. Parmi les figures chartistes majeures, se trouvent les triangles !

Il existe plusieurs formes de triangles mais tous respectent les mêmes principes.

Le triangle est une figure chartiste qui représente une phase de compression.

La volatilité se réduit à mesure que la figure se construit : au départ, les oscillations sont plus importantes et se réduisent sur la fin.

Les triangles peuvent aboutir à des mouvements de marché explosifs, d’où l’intérêt de les identifier.

Rappel : Comme pour tous les concepts liés à l’analyse technique, il est crucial de garder à l’esprit le risque d’erreur. Aucun concept d’analyse technique (indicateur, support & résistance, figure chartiste) n’entend présenter un taux de réussite de 100%.

Les triangles doivent être utilisés comme une aide à la prise de décision tout en acceptant que ces figures peuvent échouer.

Les différents types de triangle : symétrique, ascendant, descendant

Le graphique peut présenter différentes formes de triangles comme nous allons le voir ensemble.

Le triangle symétrique / triangle de compression

Le triangle symétrique, que l’on peut aussi appelé triangle de compression, se caractérise par des droites avec un angle à peu près identique. Ces patterns sont les triangles les plus faciles à repérer puisque la compression devient évidente.

En général, il faut trois point de contact pour considérer une droite même si dans les faits, deux points de contact peuvent suffire. Notez que dans le cadre d’un triangle, plus vous avez des points de contact, plus la figure est intéressante : cela s’explique par le degré de compression.

Plus la compression est importante, plus le risque de volatilité est important.

Un triangle symétrique présentant une compression intense peut potentiellement produire un mouvement très explosif.

Le triangle ascendant

Le triangle ascendant présente lui aussi une oscillation qui baisse en amplitude. Contrairement au triangle symétrique, le triangle ascendant présente une droite horizontale et une droite oblique. La droite horizontal est une résistance horizontale où le prix vient buter à plusieurs reprises.

Comme dans le triangle symétrique, la résolution de la figure se fait sur la fin du pattern avec une rupture de la compression et un mouvement potentiellement violent.

Le triangle ascendant est généralement considéré comme une figure de continuation, c’est-à-dire une figure qui invite une poursuite du mouvement en cours.

Ce n’est pas toujours le cas cela dit.

Un triangle ascendant peut aussi avoir une résolution baissière avec une cassure de la droite oblique.

Afin de maximiser son taux de réussite, un triangle ascendant doit s’opérer à proximité d’un niveau clé, par exemple une résistance long-terme.

Le triangle descendant

A l’inverse du triangle ascendant, le triangle descendant possède un support comme niveau horizontal et une résistance oblique.

Le triangle descendant obéit sinon aux mêmes règles et s’utilise généralement pour un trading de suivi de tendance, même si, encore une fois, les triangles peuvent parfaitement produire des retournements.

Comment maximiser son taux de réussite avec les triangles ?

Comme nous l’avons rappelé dans le premier paragraphe, les triangles, comme toutes les figures chartistes, ne possèdent pas un taux de réussite de 100%.

Beaucoup de figures ne produiront pas le mouvement escompté. Les triangles n’échappent pas à la règle.

Il est possible en revanche de maximiser son taux de réussite en utilisant certains critères. Mais même dans cette configuration, un trader doit s’attendre à voir un nombre conséquent de triangles échouer !

1/ Les niveaux clés

Un triangle a plus de chances de produire un mouvement substantiel s’il se produit sur un niveau clé, à savoir un support ou une résistance d’envergure.

Plus le niveau est important, plus le rebond ou la cassure de ce dernier sera significatif.

Par exemple, dans le cadre d’un triangle descendant en formation sur un niveau de support clé, une cassure par le bas de ce triangle descendant pourrait entraîner une accélération baissière potentiellement violente.

2/ La phase de compression

L’élément clé des triangles est la phase de compression. Un mouvement violent suite à un triangle peut être anticipé si la phase de compression/stagnation est importante. Plus les oscillations se réduisent à mesure que la figure progresse, plus le risque de mouvement violent est important.

Comment fixer un objectif avec les triangles ?

Généralement, un triangle s’opère suite à la cassure de la figure. (certains traders peuvent parfois anticiper la cassure en rentrant avant qu’elle se produise).

Pour déterminer un objectif de sortie, il est conseillé de reporter la plus grande amplitude identifiable au sein du triangle. Chez Monitum, nous ne sommes pas forcément d’accord avec cette méthodologie, nous pensons qu’il est préférable de déterminer des objectifs en fonction de niveaux clés ou de seuils psychologiques.

En ce qui concerne le stop-loss, il est conseillé de fermer sa position si le prix réintègre la figure et casse la droite oblique par exemple.

Exemple de triangle ascendant en crypto

Voici l’exemple d’un triangle ascendant sur le BNB (Binance Coin).

L’utilisation des figures chartistes, et donc des triangles, fonctionne pour les crypto-monnaies. Surtout quand il s’agit de marchés très liquides comme les coins majeurs.

Notez que la rupture de la borne basse de ce triangle ascendant est particulièrement violente. Ce n’était pas forcément un scénario parfait pour initier une position.

Dans de nombreux cas, le retest de la borne – le fameux pullback – est bien plus évident.

Rappelons toujours que pour maximiser ses chances de réussite avec l’analyse technique, il convient de sélectionner et qualifier les opportunités pour n’en garder que les meilleures !

Exemple de triangle descendant – crypto

 

Autre exemple de triangle descendant sur une crypto…en l’occurrence sur le Bitcoin ! Dans ce triangle descendant, on constate facilement la compression de la volatilité. Le marché était dans une phase d’hésitation, de consolidation. Ces phases précèdent généralement des mouvements violents.

Leave a Reply

Your email address will not be published.