in

Les supports et résistance en analyse technique : qu’est-ce que c’est ? Comment les utiliser ?

Les supports et résistance horizontaux sont le concept le plus important et le plus utilisé en matière d’analyse technique.

Les S&R consistent simplement à tracer des lignes horizontales sur les prix qui ont provoqué des retournement de marché.

Un support est un prix qui a vu le marché rebondir à la hausse alors qu’une résistance, elle, provoque une réaction baissière.

Les supports et résistances permettent donc d’identifier des zones potentielles de retournement, permettant ainsi aux investisseurs d’ajuster et de planifier leur stratégie !

Pourquoi les supports et résistances peuvent fonctionner

 

Comme toujours, il est important de rappeler que l’analyse technique n’est pas une science exacte. Elle n’entend pas prédire avec exactitude touts les mouvements du prix.

Il ne s’agit donc pas d’affirmer que les S&R fonctionnent à tous les coups, en revanche, ces derniers peuvent être utiles pour cadrer un graphique et identifier les zones clés pour rentrer à l’achat ou sortir de position.

Ces niveaux peuvent avoir un caractère prédictif fort parce qu’ils permettent d’apprécier la réaction du marché en fonction du passé :

  • Si par exemple, le marché a acheté fermement à 5 dollars et revendu à 15 dollars, un investisseur sait qu’il doit favoriser les achats aux alentours des 5 dollars et revendre aux alentours des 15 dollars. Bien sûr, la perception de la valeur d’un actif par le marché peut changer à tout moment, et parfois même de manière surprenante !

L’utilisation de ces niveaux est multiple, cela peut servir à la fois de niveaux pour se positionner mais aussi pour clôturer des positions.

Il est important néanmoins de bien comprendre que les supports et résistance  n’entendent pas être des niveaux magiques : si le contexte fondamental a changé, un précédent niveau pourrait n’avoir aucun effet !

Changement de polarité : les supports deviennent résistance et vice-versa !

 

Un phénomène intéressant lié à ces niveaux est le changement de polarité. Quand un support casse par le bas, on considère qu’il devient résistance. Et quand une résistance casse par le haut, on considère qu’elle agit en tant que support. Ce phénomène permet de rentrer sur le marché après la cassure d’un niveau clé.

Dans cet exemple, on peut voir que le niveau des 53000 a fait une résistance une première fois. Le prix a chuté avant de revenir retester cette zone : ce test a été couronné d’une cassure des 53K.

Désormais, la résistance devient support, un opérateur est donc en droit de s’attendre à un rebond sur ce niveau (même si ce n’est pas garanti).

Analyse de la force et la qualité d’un support et d’une résistance

 

En analyse technique, il est très facile de se laisser piéger par un concept. Deux niveaux de supports ne se valent pas forcément, il est donc fondamental pour un opérateur d’apprendre à qualifier les niveaux de supports et de résistance afin de ne retenir que les plus pertinents uniquement.

Voici quelques critères à considérer :

1- Comment le prix a réagi lors de son impact ?

 

Un niveau de prix provoque un rebond, il peut donc être qualifié de support. La nuance réside dans l’intensité du rebond : plus la réaction est forte dans l’intensité et dans le temps, plus le support peut être considéré comme fort.

Dans l’image ci-dessus, on peut voir que le prix a réagi différemment en fonction de la force du support.

Raisonner ainsi donne un avantage statistique supplémentaire puisque cela “force” l’opérateur a considéré des prix objectivement stratégiques.

Si on part du principe qu’un niveau du support “fort” doit produire une réaction importante dans le temps et en intensité pour être considéré, on se retrouve toujours à acheter à des prix stratégiques puisque le retracement est automatiquement important, généralement entre 40 et 60%.

A l’inverse, se focaliser sur chaque niveau de support peut amener à des résultats décevants en termes de performance. Il est préférable de se positionner à des prix stratégiques quitte à rater certains mouvement plutôt que d’enchainer les opérations sur des trades locations faibles.

2- Nombre d’impacts

 

C’est un point difficile à aborder puisqu’il est sujet à débat et surtout à interprétation. Il est courant de dire qu’un support ou une résistance doit être considéré(e) comme plus fort/pertinent si le prix a rebondi plusieurs fois dessus.

Chez Monitum, nous ne partageons pas cet avis. Notre expérience montre qu’au contraire, chaque impact sur un niveau le fragilise puisque cela signifie que le marché ne rejette pas profondément ce niveau.

Dans le point ci-dessus, nous avons mentionné qu’un S/R fort est un niveau qui provoque une violente réaction en termes d’amplitude et qui se prolonge dans le temps.

Dans le graphique du dessus, le niveau des 30 000 dollars est objectivement un niveau de prix qui a rejeté par le marché et ce de manière violente : c’est cette caractéristique qui permet de mettre en exergue la force du niveau.

A l’inverse, un niveau qui a propension à être travaillé plusieurs fois de suite dénote plutôt d’une faiblesse que d’une force.

Si les 30 000 dollars sont vraiment jugés comme trop “bas” par le marché, et bien il n’y a aucune raison d’y revenir souvent. Le fait de travailler un niveau plusieurs fois de suite souligne qu’il n’est pas si extrême que cela.

Plus il y a d’impacts, plus le niveau peut donc être considéré comme faible.

3- Contexte et confluence

Pour renforcer la pertinence et la force des supports et résistance, vous pouvez les combiner à d’autres outils d’analyse technique, comme les figures chartistes ou simplement d’autres indicateurs techniques.

Les supports et résistance horizontaux se combinent très bien par exemple avec les niveaux clés données par le Market Profile. Pour augmenter ses chances, un opérateur peut par exemple considérer avec plus de force un support ou une résistance renforcés par une zone de valeur, un point de contrôle ou encore une single prints !

Comment  négocier les cassures de support et de résistance ?

 

Les cassures de niveau peuvent être difficiles à négocier. En théorie,  la cassure d’un niveau invite une poursuite directionnelle. Une résistance cède, le prix doit continuer à monter. Un support cède, le prix doit continuer à monter.

Dans les faits, c’est beaucoup plus compliqué.

Un phénomène propre aux cassures est ce qu’on appelle le “Fake Out”, c’est à dire la “fausse cassure”.

Le prix va casser un niveau et échouer lors de la poursuite directionnelle.

Les fausses cassures sont difficiles à négocier puisqu’elles piègent une partie des opérateurs.

Dans l’image ci-dessus, on peut voir la présence d’un fake out sur les plus hauts. Le prix a cassé le précédent plus haut (qui était donc une résistance) mais a échoué à continuer sa direction. Les acheteurs qui ont acheté la cassure se sont retrouvés avec une très mauvaise trade location.

Le concept est bien entendu également valable pour les supports. Un prix casse par le bas, indiquant une direction baissière potentielle mais fini par remonté, parfois de manière très violente.

Ce phénomène de fake out fait intervenir plusieurs faits de marché différents comme la chasse aux stops ou le test de valeur supérieure ou inférieure.

Ce sont des phénomènes très difficiles à anticiper mais qui doivent être pris en compte quand vous élaborez un scénario.

Il est courant de lire des analystes parler de la cassure de niveau comme d’un signal directionnel fort.

Notre expérience nous invite pourtant à la prudence : les “fausses” cassures de support et de résistance sont très fréquentes. Ces phénomènes présentent en réalité d’excellentes opportunités pour se positionner à des prix stratégiques.

Si vous êtes acheter et holdeur long-terme sur des actifs “sûrs”, les casseurs de gros supports peuvent être d’excellents point d’entrée.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.