in

Figure chartiste et analyse technique : comment les utiliser en trading

Les figures chartistes font partie, avec les supports et les résistances, des piliers de l’analyse technique.

Bien que déroutant au premier abord, ces figures ont néanmoins un certain intérêt pour les investisseurs qui souhaitent améliorer leur timing sur les marchés financiers.

Est-ce que les figures chartistes fonctionnent vraiment ?

Avant d’aller plus loin, il est important de rappeler que les figures chartistes, comme tout ce qui a trait à l’analyse technique, n’est pas une science exacte. Une figure chartiste n’indique pas la direction correcte 100% du temps.

A vrai dire, le pouvoir prédictif de ces patterns n’est pas toujours très évident.

Sur la toile, de nombreuses statistiques circulent sur ces figures et donnent parfois des taux de réussite supérieurs à 80%. Bien évidemment, cela est faux et vous vous en rendrez vite compte.

En revanche, ces figures ont de l’intérêt parce qu’elles sont efficaces pour comprendre la psychologie du marché à l’instant T.

Elles permettent d’identifier les phases d’accumulation/distribution, de compression ou d’anticiper les retracement.

Enfin, elles délivrent des points d’entrées et de sorties potentiels qui peuvent aider à la prise de décision.

Les figures chartistes se couplent volontiers avec les supports et résistances afin d’obtenir des niveaux plus solides. Les chandeliers japonais peuvent aussi être utilisés afin de mieux appréhender les cassures des bornes d’une figure !

Les figures chartistes, une représentation visuelle de la psychologie des marchés financiers

Les figures chartistes entendent représenter visuellement l’état d’un marché à l’instant T. En utilisant les différentes figures, on est en potentiellement en mesure de comprendre si ce sont les acheteurs ou les vendeurs qui contrôlent l’enchère !

Cela permet donc aux opérateurs d’améliorer leur performance en trading en ayant une vision plus précise des dynamiques de marché.

Comment trader avec ces configurations ?

L’utilisation des figures chartistes dans le trading est multiple. Elles peuvent être utilisées comme une simple boussole afin de déterminer une direction potentielle d’un marché.

Elles peuvent être aussi être utilisées dans un trading plus actif. En général, les figures chartistes se tradent lors des cassures.

Sur ce graphique de la cryptomonnaie AVALANCHE (AVAX), on peut observer la formation d’un drapeau qui aboutit à une poursuite de la tendance lors de la cassure (le rectangle en jaune).

La rupture du drapeau a ainsi offert une opportunité intéressante pour se positionner à l’achat.

Les principales figures chartistes à connaître en trading

Nous allons lister ci-dessous les principales figures chartistes à connaître.

Le range

Le range est la figure chartiste emblématique. Les phases de range sont par définition extrêmement courantes au sein d’un marché. Les ranges peuvent se définir comme les phases latérales pendant lesquelles le prix stagne.

Il y a deux façons de négocier un range, en tradant les bornes hautes et basses (résistances et support du range) ou au contraire attendre la résolution de la figure en prenant position à la cassure.

En effet, les cassures de range peuvent accoucher de mouvement directionnels forts.

Pour optimiser son taux de réussite en ce qui concerne les cassures, il est conseillé de travailler les phases “matures”, c’est-à-dire les ranges dont les extrêmes ont été testés plusieurs fois.

Le triangle

Le triangle est une figure de consolidation qui représente un marché en phase d’hésitation/stabilisation.

Il existe plusieurs variantes de triangles (descendant, ascendant, symétrique).

L’idée étant que le marché congestionne et produit avec des oscillations aux amplitudes de plus en plus réduites.

La résolution du triangle se produit vers la fin de la figure. Le mouvement d’extraction est généralement violent et rapide.

Comme indiqué plus haut, il existe plusieurs variations de triangles dans leurs constructions mais ces variantes présentent des caractéristiques similaires.

Ce qui est important, c’est que le triangle présente une congestion importante dans son intérieur.

Vous devez “sentir” l’hésitation du marché dans les oscillations. Plus l’hésitation est importante, plus le mouvement directionnel qui s’en suivra aura le potentiel d’être violent.

Optimiser le taux de réussite des triangles :

Comme toujours en analyse technique, le contexte joue un rôle prépondérant. Idéalement votre triangle doit se situer sur un niveau extrême, càd des supports et résistances importants.

Aussi, les triangles qui font suite un mouvement violent maximisent leur taux de réussite. La raison étant que le marché poursuit soit son mouvement directionnel, soit retrace le précédent mouvement jugé excessif.

Double top ou double bottom

Les doubles top et doubles bottom sont des figures de retournement se situant aux extrêmes.

Un double top est une figure où le marché forme deux tops consécutifs et finit par se retourner. Un double bottom est une structure où le marché forme deux bottoms avant de se retourner.

L’idée sous-jacente de ces configurations étant que le marché ne parvient pas à renchérir dans la direction tentée initialement.

Par exemple, dans le cadre d’un double top, le marché ne parvient pas à renchérir à la hausse.

Après la deuxième tentative infructueuse, les opérateurs commencent à revendre leur position car ils perdent confiance en une prochaine hausse.

Le principe est le même pour les doubles bottoms, le marché ne parvient pas à renchérir plus bas, les opérateurs y voient donc une opportunité pour se positionner à l’achat et commencent à racheter leurs positions.

Ce qu’il faut savoir sur les doubles bottoms et doubles tops :

Tout d’abord, les tops et les bottoms ne sont pas forcément produits au même prix. Un top peut être supérieur à l’autre et même chose pour pour les bottoms.

Ce n’est pas parce que le second top ou bottom est plus haut/bas que le précédent que la figure est invalidée. Ces structures sont très sujettes aux fake-out, il faut donc faire attention.

Deuxième chose à retenir, les double top/bottoms peuvent en réalité comprendre plus que deux tops/bottoms.

Le plus important avec les figures chartistes est de comprendre qu’un retournement se produit suite à l’incapacité des opérateurs à renchérir dans la première direction.

Les biseaux (ascendants et descendants)

Les biseaux (ascendants et descendants) sont des figures chartistes de retournement.

Le cours des prix se compresse verticalement et finit par produire un mouvement contre-tendance.

D’un point de vue psychologique, ce pattern représente un épuisement du marché. Les opérateurs tentent de renchérir dans la direction initiale mais ne parviennent pas à déclencher une nouvelle phase de marché avec du momentum.

Le prix parvient donc à poursuivre sa direction mais la volatilité baisse et le rendement devient faible.

Conséquence de quoi, les opérateurs deviennent nerveux et finissent par clôturer leur position. Dans le même temps, les opérateurs contrariants profitent des prix extrêmes pour se positionner et tabler sur un retracement.

Comme les volumes sont globalement faibles, la volatilité peut être fugace puisque les opérateurs directionnels trouvent les prix peu avantagés, il n’y a donc pas de contrepartie pour absorber les ordres market contrariants.

Le retournement de tendance peut se faire parfois assez brutalement.

**Comme nous le verrons juste après, les biseaux peuvent aussi être utilisés comme figure de continuation. Dans un contexte de continuation, ce type de patterns est appelé drapeau.

Les drapeaux (ascendants et descendants)

Les drapeaux ou fanions (flags en anglais) sont des figures de continuation. C’est-à-dire qu’ils poursuivent le mouvement directionnel en cours.

Le drapeau se localise d’abord sur un extrême et voit le prix effectuer une correction pour repartir ensuite dans la direction initiale.

Les drapeaux peuvent être ascendants (tendance baissière) ou descendant (tendance baissière).

Cette figure de continuation est très intéressante car elle permet de se positionner à des prix avantageux lors de mouvements forts.

Pour augmenter le taux de réussite de cette figure chartiste, il est préférable de considérer uniquement ceux se produisant sur des niveaux majeurs.

Psychologiquement, le drapeau représente un marché qui ajuste son inventaire.

Dans le cadre d’un mouvement haussier, par exemple, les prix sont trop hauts pour susciter de nouveaux achats agressifs. Seulement, comme le biais haussier est toujours important, il y a suffisamment de liquidités acheteuses injectées pour maintenir une pression haussière satisfaisante afin que le prix ne s’écroule pas.

Les prix hauts attirent des vendeurs à découvert en plus d’encourager les acheteurs à ajuster leur inventaire.

Epaule-Tête-Epaule & Epaule-Tête-Epaule inversée

L’Epaule-Tête-Epaule (abrégé en ETE) est une figure chartiste de retournement. On parle d’ETE quand il s’agit d’un retournement baissier et d’ETE inversé quand il s’agit d’un retournement haussier.

L’ETE est une forme de triple top/bottom. Elle est caractérisée par le sommet du milieu (tête) qui est plus grand que les deux autres (épaules). Pour l’ETE inversée, c’est le creux du milieu qui est plus bas que les deux autres.

Psychologiquement, c’est une figure qui marque l’incapacité du marché à renchérir dans une direction donnée.

Par exemple, dans le cadre d’une ETE qui intervient à la suite d’un mouvement haussier, le marché est dans l’incapacité de réaliser un nouveau plus haut.

Cette incapacité à renchérir indique que la contrepartie se positionne. Les vendeurs absorbent le flux d’ordres acheteurs, ce qui dans le même temps, cause une certaine nervosité chez les acheteurs.

Dans l’ETE inversée, c’est le même principe. Le marché ne parvient pas à descendre plus bas, ce qui semble indiquer une absorption acheteuse et/ou une faiblesse vendeuse.

Peut-on utiliser les figures chartistes sur les cryptos, le forex et la Bourse ?

Il est possible d’utiliser les figures chartistes sur tous les marchés, à partir du moment où ces derniers sont des marchés liquides. Les figures chartistes et l’analyse technique ont tendance à moins bien fonctionner dans des marchés illiquides à cause des mouvements erratiques causant des différentiels de volatilités conséquents.

Leave a Reply

Your email address will not be published.